Accueil Auteurs feminins Bubbles se lâche de Sarah Strohmeyer

Bubbles se lâche de Sarah Strohmeyer

5
0
43

Le site de Sarah Strohmeyer

Bubbles se lâche de Sarah Strohmeyer dans Auteurs feminins f-chicklit

Aux Editions du Fleuve Noir, Bubbles se lâche est épuisée, c’est dire si l’ouvrage a eu du succès. Il a d’ailleurs obtenu l’Agatha Award du meilleur roman policier.
Vous le trouverez encore aux Editions POCKET à 6.18 au lieu de 6.50 à la librairie
Dialogues

Une fois n’est pas coutume, la détective est ici une jeune femme blonde et sexy coiffeuse de son état devenue pigiste puisque le salon où elle travaille, périclite du fait de l’ouverture de salons de coiffure discount en galeries marchandes.
On n’arrête pas le progrès du discount parallèle à l’explosion du prix de l’énergie. Ce qui lorsque l’on réfléchit est assez curieux, vu qu’il faut beaucoup d’énergie pour fabriquer des tonnes de produits qui ne se vendent pas !
Mais là je m’éloigne du sujet.

C’est vrai que Bubble Yablonsky nous change des juristes, toubibs et autres initiés qui mènent nos polars. Bubble est du côté des gens ordinaires, un peu venus d’ailleurs, qui veulent leur petite part de gâteau en tout bien tout honneur. Une astuce tout à fait charmante, le roman est émaillé de recettes de cosmétiques. Je me permets d’en citer une qui donne le ton du bouquin léger et optimiste :

Baume capillaire à l’avocat-mayonnaise de Tiffany
1 avocat bien mûr
3 cuillères à dessert de mayonnaise non allégée à base d’oeuf
1 cuillère à dessert de miel
Ecrasez l’avocat. Mélangez avec la mayonnaise. Ajoutez le miel.
Etalez le mélange sur les cheveux secs et faites pénétrer. Remontez les cheveux sur le sommet du crâne et laissez agir 20 minutes.
Nota bene Tenez-vous à l’écart des chiens , ils trouvent cette mixture irrésistible. Faites deux shampoings et rincez abondamment. Vos cheveux seront éclatants de santé.

Le roman ne tombe pas non plus dans le pastiche, reste crédible et intéressant jusqu’au bout, devenant le témoin d’une Amérique que l’on nous décrit rarement. On y apprend entre autre ce que sont les joueurs de boom-bas en Pennsylvanie !
Un lien qui vous mène là où l’on parle du boom-ba !

L’autoportrait de Bubble ?

« Depuis que je suis adulte, les gens de cette ville me prennent pour une de ces blondes nunuches ne pensant qu’au sexe, aux feuilletons télé et aux potins… Sans compter que j’exerce le métier de coiffeuse, que j’ai la silhouette d’une poupée Barbie et que j’ai un faible pour les pantalons serrés et les hauts moulants. »

Le tic de Bubble quand elle est émue ?
tout simple pour une coiffeuse : elle enroule une mèche de cheveux sur son doigt pour la faire friser

La lutte de classe ?

« Quand j’avais six ans , mon père s’était pris dans la tronche une coulée d’acier en fusion qui l’avait instantanément statufié. Ma mère, depuis l’accident, n’avait cessé de déclarer que c’était la faute de Henry Metzger, trop radin pour installer des barrières de sécurité automatiques. »

Les aléas du quotidien ?

« Je frémis à la pensée que maman puisse se taper un borgne. »

La pensée profonde ?

« L’assassinat est une réponse extrême à un problème humain extrême… »

Bref, je vous engage à découvrir non seulement Bubble se lâche mais aussi toutes ses autres aventures.

En attendant on peut lire la présentation du roman par l’Editeur copié-collé à partir du site amazone.fr

Présentation de l’éditeur
Elle est jeune, elle est belle, elle est coiffeuse. Bubbles Yablonsky s’applique à rendre séduisantes les ménagères de plus de cinquante ans tout en restant convaincue que la vie a plus à lui offrir que des°permanentes en série. Entre potins et ragots, elle joue ainsi, pour arrondir ses fins de mois difficiles, les journalistes redresseuses de torts. Mais comment dénicher une affaire juteuse à Lehigh, petite ville industrielle sur le déclin ? II y aurait bien ce fait divers qui a secoué la haute société dix ans auparavant… Une jeune fille de bonne famille, retrouvée morte d’une overdose dans la villa de ses parents. Un suicide, avaient conclu les autorités. Pour Bubbles, qui avait coiffé la victime l’après-midi même du drame, rien n’est moins sûr ! Entraînée dans un tourbillon où sexe, drogue et rock’n'roll sont saupoudrés de recettes cosmétiques et autres crêpages de chignon, la jeune femme va devoir prouver qu’elle manie aussi bien le stylo que le sèche-cheveux…

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Ambix
Charger d'autres écrits dans Auteurs feminins

5 Commentaires

  1. DF

    10 novembre 2011 à 2:09

    La lutte des classes me semble être l’une des constantes de ce roman… dont l’idée est finalement celle d’une vengeance des classes laborieuses contre les possédants, incarnés par Metzger et son entourage. J’en parle sur mon blog, ici:

    http://fattorius.over-blog.com/article-bubbles-yablonski-une-coiffeuse-mene-l-enquete-88395923.html

    Ce roman constitue un bon pot de bon sang – il y a de quoi bien s’amuser là-dedans.

  2. DF

    10 novembre 2011 à 2:09

    La lutte des classes me semble être l’une des constantes de ce roman… dont l’idée est finalement celle d’une vengeance des classes laborieuses contre les possédants, incarnés par Metzger et son entourage.

    Ce roman constitue un bon pot de bon sang – il y a de quoi bien s’amuser là-dedans.

  3. Ambix

    29 mars 2012 à 19:03

    Bonjour,
    je viens juste de passer sur ce blog que j’avais quelque peu délaissé, merci de votre commentaire
    j’en ai laissé un sur le vôtre qui est bien intéressant et instructif mais je ne sais s’il est passé…

  4. jimmy woo

    24 juin 2012 à 21:30

    bravo pour le blog, j’adore les polars et les auteurs japonais plus particulièrement. En plus le titre de votre blog est très bien trouvé. Un très grand bravo.

  5. Ambix

    25 juin 2012 à 18:07

    Merci de cet encouragement

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Blues Bar de Ace Atkins

Le site de Ace Atkins Le roman est édité au Rivage/Noir, il vaut 9.98 au lieu de 10.51 sur…